Et si nous parlions de Supply Chain … et Blockchain

Frédéric GOUJON
NeuoChain CEO

Cet article ne s’adresse pas aux spécialistes, mais plutôt aux néophytes ayant envie de comprendre ce qui se passe en ce moment dans le monde de la supply chain et surtout comment la technique peut changer les choses.

Dans la majorité des entreprises, le système central de planification (gestion de la Supply Chain) reste le MRP (Material Requirement Planning). Ce modèle de planification, a été conçu dans les années 50, codé dans les années 60 et commercialisé dans les années 70 mais il n’a pas vraiment évolué depuis. Ce système est parfaitement adapté à un environnement où la demande est supérieure à l’offre et dans lequel il faut optimiser l’utilisation de l’outil industriel mais le MRP ne répond plus aux défis actuels. Trop rigide et pas assez réactif, le MRP a besoin d’évoluer pour apporter à la Supply Chain cette réactivité dont notre société actuelle a besoin. Commandes sur Internet, évolution rapide des marchés, attentes des consommateurs de plus en plus exigeantes, il faut changer l’industrie.

Arrive le DDMRP (Demand Driven Material Requirement Planning)

Le processus du DDMRP a pour ambition de réduire les cycles de fabrication. Il ne va plus se baser sur les prévisions (pas toujours justes) mais sur la demande. Le DDMRP est une nouvelle méthodologie d’exécution de scénarios d’approvisionnement, de fabrication et de distribution. Il consiste à implémenter des buffers au lieu de stocks de sécurité à des endroits stratégiques de la chaîne d’approvisionnement. Aujourd’hui, la sypply chain fonctionne souvent avec l’ancienne méthode MRP, nos chaînes sont poussées à livrer un produit à un endroit précis, dans une quantité précise à un moment donné. L’idée derrière le DDMRP est donc de positionner ces zones, appelées buffer, pour absorber les variations de nos systèmes. Avec ce nouveau système, la supply chain trouve enfin la souplesse dont elle a besoin pour gagner en efficacité. Je ne vais pas rentrer trop dans les détails des trois types de buffers : physique, temps et capacité. L’idée n’est pas de rentrer trop dans les détails de la DDMRP. Je veux juste répondre à une question évidente : ‘’pourquoi n’avons-nous pas apporté cette souplesse avant ?’’

Tout simplement parce qu’il est très compliqué d’apporter de la fluidité a la données. Les entreprises fonctionnent avec des données en silos, les données de l’usine restent dans l’usine, même chose pour les données de la logistique et du transport. Il manque un outil qui permettant à ces nouveaux concepts et ces nouvelles méthodologie de prendre vraiment leur place. Et si nous parlons d’écosystème, en ce qui nous concerne, nous pensons tout de suite à la Blockchain. Mais plus particulièrement à notre Blockchain. Nous avons pensé NeuroChain pour le monde industriel, pour enfin apporter l’outil qui permettra de révolutionner les processus métiers. Blockchain, BigData, IOT, Machine Learning, voici les briques qui composent la NeuroChain. La Blockchain est totalement adaptée à ce genre de besoin. Elle fonctionne sous la forme d’un écosystème échangeant ses données. Ecosystème dans lequel tout le monde est d’accord car il est organisé autour d’un algorithme de consensus et dans lequel tout le monde a la bonne information.

Méthodologie et Technologie

Aujourd’hui nous sommes capables de simplifier la collecte de l’information dans l’usine grâce à de l’IOT. C’est efficace et maintenant cela se démocratise dans le monde de l’industrie. Rien de plus efficace qu’un IOT pour apporter de la donnée à jour et en grande quantité.

Nous sommes capables de suivre chaque poste de l’usine grâce à de l’IOT et de la Blockchain

Nous sommes également capables de tracer le produit dans l’usine grâce aux fonctionnalités de traçabilité apportées par la Blockchain.

Nous sommes également capables de suivre le produit une fois sorti de l’usine.

Tout ceci est possible grâce à notre écosystème IOT, BlockChain et BigData.

Le Bigdata manquait d’un allié pour exploiter à pleine puissance les données de l’industrie. Le monde de l’industrie réparti en écosystème allait encore à l’encontre de la centralisation proposée par le Bigdata. C’est en raisonnant autrement que nous pouvons apporter une solution. Si nous voyons les points de stockage Bigdata comme des essaims de données et que la Blockchain  apporterait la capacité de fédérer les données avec un référentiel partagé par tous les acteurs, nous avons trouvé l’outil idéal pour donner toute la puissance a la données. NeuroChain reliée à un groupe de points de collecte Bigdata est la solution. Les IOT alimentent les points de stockage et la Blockchain fédère les référentiels de données.

C’est en alliant ces technologies qu’aujourd’hui nous pouvons apporter un socle technique à ces nouvelles méthodologie que sont par exemple le DDMRP évoqué au début de cet article.

Cet avec un couple Méthodologie/Technologie que nous pourrons réellement apporter de la valeur ajoutée à l’industrie. Maintenant tout va changer …

Leave a Reply